L’ensemble musical Ondes plurielles a donné en concert les 7 et 9 Juin 2019 le Premier acte de « La Walkyrie » et la « Chevauchée des Walkyries » de Richard Wagner. Un pari audacieux, rendu possible par l’abolition de la frontière traditionnelle entre musiciens professionnels et amateurs, et par les talents d’un chef d’orchestre passionné d’Opéra, Romain Dumas, et de trois solistes invités.

Un orchestre amateur peut-il interpréter ne serait-ce qu’un acte de l’œuvre d’art totale de Wagner, élaborée en 30 ans, orchestrée pour une centaine d’instrumentistes, tissée de plus de 90 leitmotive, sans rien altérer de sa grandeur ni de sa puissance dramatique ? Peut-il faire résonner aussi bien les pages spectaculaires de la Tempête inaugurale du Premier acte ou de la Chevauchée des Walkyries, popularisée par « Apocalypse Now » de Francis Ford Coppola, qu’exprimer l’éveil de l’amour entre les demi-dieux et jumeaux Siegmund et Sieglinde ? Et ceci à l’issu de 6 répétitions ?

C’est le défi que se sont lancé ces 7 et 9 juin les Ondes plurielles, un ensemble musical né en 2017 du désir d’ouverture, d’audace et d’expérimentation de musiciens issus d’orchestres amateurs parisiens.

Si cet orchestre croit en ce projet, c’est d’abord en raison de la passion qui anime chacun de ses membres et les pousse à ne s’interdire aucune œuvre ambitieuse, tout en restant très exigeants sur la qualité. Pour ce faire, les Ondes plurielles réunissent des musiciens amateurs et professionnels, certains issus de l’Orchestre de Paris, d’autres chambristes ou professeurs dans des Conservatoires à Rayonnement Régional. La « Walkyrie » ne sera pas leur première prouesse puisque les Ondes plurielles ont déjà donné en concert la « Nuit Transfigurée » de Schoenberg, en juin 2018, ou encore les 4e Symphonies de Brahms et de Schumann.

Les Ondes plurielles ont confié la direction musicale à Romain Dumas, passionné par le répertoire lyrique. Diplômé en écriture et en direction d’orchestre du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (où il a suivi l’enseignement du chef Alain Altinoglu), il vient d’être nommé chef d’orchestre assistant à l’Opéra de Bordeaux, après avoir eu l’occasion de diriger l’Orchestre de l’Opéra de Liège, l’Orchestre de l’Opéra de Tours, ou encore l’ensemble Opéra Nomade.

Les Ondes plurielles ont aussi l’honneur d’accompagner la Soprano Marie Saadi, artiste régulièrement invitée à l’Opéra national de Paris, qui reprend pour elles le rôle de Sieglinde ; tandis que le Ténor Daniel Galvez-Vallejo, qui s’est produit sur les grandes scènes européennes, incarne Siegmund, et la jeune Basse Julien Bréan, prête sa voix à Hunding.

Enfin, les Ondes plurielles prennent le parti de l’épure…et de l’accessibilité, valeur cardinale de ces amateurs. Grâce à une réduction de la partition pour une cinquantaine de musiciens, elles peuvent faire sortir cet extrait phare de « La Walkyrie » des immenses salles d’opéra et offrir un aperçu du chef d’œuvre du maître de Bayreuth à un large public parisien, dans une église du centre de la capitale, en entrée libre.